Inspiré de dessins de planches anatomiques du 19e siècle, Superciliar questionne notre rapport au corps en y faisant écho. Il est né de la volonté d’intégrer le corps comme muscle, sang, peau, gras, cellule, dans un univers domestique quotidien. Structure osseuse en bois et assise musculaire textile, la composition de ce tabouret renvoie à ce corps caché, interne et méconnu, qui s’oppose à l’enveloppe corporelle surexposée au quotidien.

Ce tabouret a été réalisé pour l'exposition Pédiluve pendant la Biennale Internationale de Design de Saint-Étienne 2015.
← corpus ☀︎ acolytes →